Exaspération générale après l’annonce de l’éradication des violences faites aux femmes

Dans les bars PMU, c’est l’incompréhension. Pire, il souffle même un vent de révolte suite à l’annonce de l’éradication de la violence faite aux femmes.

Il suffit de faire la tournée des bistros pour s’en rendre compte, il y a comme un air de révolte, un ras-le-bol généralisé.

L’annonce de l’éradication des violences faites aux femmes a laissé de nombreux hommes dans un profond désarroi.

Pour Michel, client d’un bar PMU de Lisieux, « s’en est trop, on nous interdit tout aujourd’hui !« , et son acolyte René de surenchérir « ça a commencé par la cigarette, ensuite ça a été la fessée aux mioches, et maintenant c’est les bonnes-femmes qu’on ne peut plus toucher !« .

Le patron du bar va quant à lui plus loin dans l’analyse, craignant que ses clients ne viennent tout simplement plus :

« Ce qui les pousse à venir et consommer, c’est ce sentiment de braver l’interdit. Ils savent qu’en rentrant, Madame les attendra de pied ferme, leur reprochant d’être encore bourré. La dispute peut alors éclater, et Monsieur de lui filer une bonne avoine !

Ça fait tenir un couple, et ça fait marcher le commerce. Cette décision est mauvaise pour l’économie, et pour la famille !
« 

0 0 vote
Article Rating



Vas-y de ton commentaire !




Recevez le derniers articles

Derniers articles

Ecrire un article