Emmanuel Macron veut s’inspirer des 3 lycéennes emprisonnées au Burundi

Alors que la répression fait rage au Burundi contre toute personne qui oserai critiquer le président Pierre Nkurunziza, 3 lycéennes viennent d’être arrêtées pour avoir gribouillé une photo du Président.

Non, ça tu ne peux pas, non, non, non, non.

Tu es là, dans une cérémonie officielle, tu te comportes comme il faut. Donc tu peux faire l’imbécile, mais aujourd’hui c’est la Marseillaise, le Chant des partisans, donc tu m’appelles “Monsieur le président de la République” ou “Monsieur”. D’accord? Voilà

Emmanuel Macron, le 18 Juin 2018

Vous vous souvenez de cet accrochage du président avec un jeune collégien ?

Macron veut remettre le respect au centre du débat

Pour ne plus que ce genre d’incivilité ne se reproduise, Emmanuel Macron veut éduquer très jeune (dans les écoles), mais aussi sanctionner et faire des exemples, pour l’honneur, pour la patrie.

C’est ainsi que le président va s’inspirer du président du Burundi qui a fait emprisonner 3 lycéennes (voir l’article du Figaro à ce sujet) pour avoir été irrespectueuses à l’encontre de sa personne en dessinant sur une photo de lui.

Ainsi, tout enfant faisant une blague sur le président, un dessin, ou parlant de façon drôle de Brigitte sera sanctionné.

Des règles qui varient en fonction de l’age du contrevenant

Bien entendu, un enfant de 5 ans ne sera pas puni de la même manière qu’à ado de 17. Nous nous sommes procuré le barème des sanctions envisagées :

De 0 à 3 ans

L’Etat considère que l’enfant ne peut encore être tenu pour responsable. C’est donc les parents qui seront sanctionnés sous forme d’une amende forfaitaire de 275 euros (735 € si récidive), prélevée directement sur le salaire.

de 3 à 7 ans

Emmanuel Macron considère qu’à cet age l’enfant peut commencé à être sensibilisé.
Ainsi, en cas de dérapage, l’enfant devra utiliser comme seul doudou, une réplique en peluche du président, et le conserver 4 ans, avec interdiction de s’en séparer pendant les vacances.

Le doudou devra être acheté par les parents, sur la boutique officielle de l’Elysée, au prix de 69,90 €.

de 7 à 13 ans

Là, il est considéré que le problème devient grave et sérieux.

L’enfant qui est en train de se forger une pensée, et donc une pensée politique et sociétale, doit impérativement être (re-)pris en main.

A l’école, il sera alors accompagné par un AOP (Assistant Opinion Politique), et devra rester systématiquement à l’étude après les cours pour regarder BFM TV.

Les vacances seront quant à elles dédiées à des stages de voile avec le TeamLREM.

de 13 à 18 ans

Pour Emmanuel Macron, le problème est presque devenu impossible à réparer. Il faut agir, vite et fort.

L’adolescent est placé à l’isolement, dans des pensions aménagées à cet effet, gérées par Christophe Castaner et le Ministère de l’Intérieur.

Alain Minc viendra le visiter chaque jour, tandis que Jacques Attali lui rendra visite les fins de semaine, pour lui faire aimer le président mais aussi celui d’après, qu’il connait déjà.

En journée, l’ado pourra sortir de 8h à 18h, et il fera des stages dans des start-up françaises pour apprendre le goût d’entreprendre.

Chaque soir, une prière en commun avec les autres détenus élèves, sur le thème de l’argent est mon épanouissement sera organisée.

Une fois la majorité obtenue…

Là pas de surprise, puisque le dispositif ne devrait pas beaucoup évoluer.

Les sanctions dépendant essentiellement du niveau social du contrevenant, elles peuvent être très variées :

– Gazage
– Matraquage
– Arrachage de main
– Éborgnage
– Incarcération
– Fichage
– Perquisition
– Démolition médiatique
– Contrôle fiscal
– Mise sur écoute
– …

0 0 voter
Évaluation de l'article



Vas-y de ton commentaire !




Recevez le derniers articles

Derniers articles

Ecrire un article